theme 2 : l'école

Chapitre 1 :

Evolution des fonctions et missions de l’institution scolaire.

 

L’école française suit le modèle Républicain depuis la loi de Jules Ferry en 1882 : Laïcité, Gratuité, Obligatoire de 6 à 16 ans.

Ecole : Etablissement permettant l’accueil d’enfants (ou d’individus) pour leur dispenser l’enseignement de manière collective.

 

  1. 1.     Histoire de la scolarisation et ses grands principes

L’obligation de scolarisation varie en fonction des périodes et des pays.

Ce n’est pas l’Ecole, qui est obligatoire, c’est la Scolarisation. (Possibilité d’études à domicile, par les parents si ceux-ci suivent le programme et le prouvent.

 

En 2008 plus de 15 millions de personnes sont scolarisées, soit ¼ de la population.

 

Principes : Organisation publique, obligatoire, gratuite et laïque.

Ils sont inspirés par 1789.

 

  • Publique :

Garantir la scolarisation est un devoir de l’Etat (aide et contrôle).

Il y a un ministère chargé de l’éducation.

C’est l’Etat qui a le droit, et lui seul, de délivrer les grades et diplômes.

C’est l’Etat qui choisit les programmes et le déroulement des examens.

 

Liberté de l’enseignement : il coexiste les établissements publics et privés. Soumis aux mêmes règles par l’Etat. Mais permet le choix.

 

  • Gratuite :

Tout les manuels sont gratuits jusqu’au brevet. Ensuite, c’est du ressort des conseils régionaux.

L’école est gratuite jusqu’au Bac.

Mais c’est encore trop cher pour certaines familles : ce n’est pas l’école qui est couteuse, mais ce qui est autour (logement étudiant, repas, fournitures..).

 

  • Neutre et Laïque :

Les opinions philosophiques, politiques, idéologiques et religieuses sont interdites à l’école, que ce soit au niveau des programmes, du personnel, et des élèves.

Le port d’éléments ostentatoires, le prosélytisme est interdit (voile).

Au départ, le mercredi ou samedi libre étaient destinés a permettre aux élèves de pratiquer leur culte.

 

  • Obligatoire :

Pour tout enfant résidant en France entre 6 et 16 ans, quelque soit sa nationalité, son sexe, son milieu.

 

  1. 2.     Enjeux

L’éducation est considérée comme l’enjeu essentiel en temps que véhicule de savoir aux générations futures. Permet de se défendre en affirmant nos droits, et d’avoir un pouvoir de décision.

 

Si pendant longtemps, l’éducation semblait dépendre des familles, aujourd’hui les institutions (associations, médias, paires) et l’école s’influencent beaucoup et se mélange et participe donc au développement de l’enfant, à sa socialisation. Ce rôle d’éducation de l’école ne cesse de croître.

 

2.1.         Quatre grands enjeux

Savoir : Tous les moyens pédagogiques pour permettre aux élèves d’acquérir toutes les connaissances savantes. (ex : pers hand. Mental : savoir son nom, les couleurs)

 

Savoir faire : Compétences pratiques (ex : pers hand. Mental : savoir être propre)

 

Savoir être : Capacité à produire des actions, ou réactions adaptés à l’environnement humain et écologique. (ex : pers hand. Mental : savoir réagir différemment avec les amis et les enseignants)

 

Être : L’éducation doit trouver les moyens pédagogiques adapté à l’état physique, psychique pour que tous accèdent à un certain niveau de connaissances. (ex : pers hand. Mental : lui fournir du matériel adapté).

 

2.2.         Trois grandes missions

Instruire : Donner un socle de connaissances pour permettre à l’enfant de réfléchir et de communiquer.

 

Eduquer : Permettre aux individus de s’intégrer dans la société en donnant tous les moyens de s’insérer dans le collectif.

 

Former : Préparer les jeunes à des activités professionnelles et leur accorder les moyens de se qualifier pour s’insérer le plus facilement possible dans le monde du travail.

 

 

 

è Conclusion :

En France, système éducatif très centralisé qui utilise 7 % du PIB.

C’est au cœur des enjeux de la société avec des débats et des controverses récurrentes.

De la dépend l’avenir des jeunes, de la société.

C’est pourquoi la réforme des lycées, ne fait pas l’unanimité (comme toutes les réformes)). Elle tente de développer plus de flexibilité et une moins grande hiérarchisation des filières et des diplômes.

Cependant, l’accès et la réussite malgré toutes les réformes sont souvent liés aux origines sociales, géographiques, ethniques et aux différences sexuelles.

 


 

Chapitre 2 :

Facteurs favorables à la réussite scolaire

 

 

  1. 1.     Depuis 1945 : De la démocratisation scolaire à la massification

 

  • Démocratisation : l’école s’est ouverte à toutes les classes sociales, du primaire au supérieur (surtout après les années 1960).Grace à une volonté de l’Etat de démocratiser le secondaire, et aussi au développement du salariat.

 

Les liens entre diplôme et réussite scolaire sont de plus en plus étroits, et le progrès technique impose de plus en plus de qualifications.

80% des jeunes de 18 ans sont scolarisés. Des difficultés d’intégration dans la vie active et la peur du chômage vont faire augmenter la durée des études.

Néanmoins, bien que l’écart entre le taux de réussite au Bac des enfants d’ouvriers soit inférieur à celui des cadres et professions intellectuelles, l’écart s’amenuise.

 

  • Massification : Par une impulsion de l’Etat qui veut que 80% d’une génération soit bachelière, les effectifs ont augmentés. On assiste a une inflation des diplôme. Il semble que la volonté Etatique soit a 50% d’une génération a Bac+3.

 

Conséquences : Perte de valeur des diplômes de base (Bac) bien qu’indispensables. Enseignement trop collectif empêche une adaptation individuelle aux élèves.

Pour 10% d’échec aux examens du supérieur, et la sortie du système d’1/3 d’élèves sans qualification est surtout les publics défavorisés.

Les filières sont dévalorisés : L’enseignement professionnel, l’Apprentissage, le Littéraire.

Du coup, phénomène de déclassement car tout le monde a le même diplôme.

 

 (fin du cours un peu oubliée ...= :s )

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×