Sociologie : Normes et Cohésion Sociale

1. Construction et évolution des normes

1.1. Normes sociales et normes juridiques

Une norme = règle plus ou moins contraignante qui fixe une conduite qu’une société attend de ses membres. Elle est toujours fixée en fonction de certaines Valeurs

Norme Juridique : Codifiée par la loi et les règlements, ex : le code de la route

Normes Sociales : Non codifiées. Ce sont les mœurs et usages , ex : la politesse

 

1.2. Fabrication des normes

Pour les holismes, les normes sont le produit de la société et se transmettent aux individus par la socialisation. Des analyses plus récentes montrent que les règles sont aménagées, construites, lors d’interaction sociales. Des individus peuvent alors hériter de normes et les refuser et être à l’origine de nouvelles normes, c’est le Courant Interactionniste, avec la notion d’Entrepreneur de morale.

Toute nouvelle norme suppose l’action plus ou moins intéressée d’une ou plusieurs personnes, ou groupes. Ceux-ci vent s’efforcer de persuader la population du bien fondé de leurs revendications. Ils ne réussissent véritablement que si les opposants ne sont pas trop organisés et virulents. (Lobby)

 

1.3. Evolution des normes

Les normes changent suivant les sociétés et les époques. Une multitude de facteurs est à l’origine de cette évolution, toutefois, on remarque que c’est souvent l’évolution des normes sociales qui conduit à l’évolution des normes juridiques (ex : IVG, Parité …).

2. Faire respecter les normes :le Contrôle Social

2.1. Définition et formes

Le contrôle social est l’ensemble des moyens par lesquels une société parvient à faire respecter ses Normes et valeurs

Formel : par des institutions dans le but que les individus se conforment aux normes et valeurs de la Société (police, justice, école)

  • Sanctions positives : légion d’honneur, libération anticipée …
  • Sanctions négatives : emprisonnement, licenciement …

Informel : directement et de manière diffuse entre les individus pendant leurs interactions quotidiennes (pairs, famille).

  • Sanctions positives : Compliment, sourire, intégration …
  • Sanction négative : Exclusion, Gifle …

 

2.2. Comment s’exerce t-il ?

Contraintes internes, sous forme d’autocontrôle : L’individu intériorise un certain nombre de N/V qu’il considère comme obligatoires et morales et exerce alors une maitrise de lui-même.

Contraintes externes : recherche de sanctions positives et crainte de sanction négative.

Des expériences ont été menées pour comprendre le fonctionnement du contrôle social

  • L’exemple de la fausse prison : dans un univers carcéral, des personnes innocentes sont devenues tyranniques ou soumises, en fonction de leur statut.
  • L’exemple de Milgram : Sous le prétexte de non responsabilité, l’individu ne contrôle pas moralement ses actes et agit sadiquement en toute impunité.

 

3. Transgression des normes sociales

3.1. La déviance

Processus : Existence d’une norme d’une norme – Transgression de la norme – Stigmatisation du déviant

Déviance : manquement à une ou plusieurs normes d’un groupe à un moment donné qui fait l’objet d’une sanction. C’est une notion relative du lieu, de l’époque, du groupe social. Son analyse est indissociable des normes qu’elle transgresse. Durkheim pense que la déviance est normale dans toutes les sociétés. De plus elle est facteur de changement social = elle peut être à l’origine de nouvelles normes.

Stigmatisation : attribution d’une image négative à une personne sanctionnée pour comportement hors norme.

 

3.2. Analyse Sociologique

3.2.1. Un défaut d’intégration (R. King Merton)

Avec d’émancipation des gens et l’affaiblissement du contrôle social formel, les normes ne s’appliquent plus de façon aussi contraignantes et les comportements déviants sont de plus en plus fréquents. De nombreux facteurs socioculturels compromettent l’intégration des individus dans la société et favorisent la déviance (ex : échec scolaire).

Pour Merton, la déviance est le résultat d’un conflit entre but et moyens : elle serait le résultat des structures sociales.

On peut avoir 5 types de comportements divisés en deux groupes :

  • Conformes aux buts et moyens
  • Non Conformes à l’un ou l’autre

Comportements

Buts valorisés par société

Moyens légitimes

Conformisme

Oui

Oui

Innovation

Oui

Non

Ritualisme

Non

Oui

Evasion

Non

Non

Rébellion

Non

Nouveauté

 

3.2.2. Le produit d’interactions sociales :

  • L’Etiquetage (H Becker)

Etude des relations sociales qui contribuent à produire la déviance.

Etiquetage : Imposer une image négative à un individu ou à un groupe, ex : dire que tous les jeunes de banlieue sont des délinquants.

Le déviant n’est pas celui qui transgresse mais celui auquel la société a donné cette étiquette, à tord ou a raison. Becker considère donc le concept de déviance comme une étiquette qu’un individu ou un groupe est parvenu à imposer à un autre. En conséquence, une fois la personne considérée comme déviante, elle aura tendance à adopter un comportement déviant car il sera difficile pour lui de continuer à poursuivre les actes ordinaires conformes aux normes car le regard des autres aura changé.

  • La Stigmatisation (E. Goffman)

Il existe une différence entre l’identité sociale réelle (ce que l’on est vraiment) et l’identité virtuelle (ce que la société veut que l’on soit). L’individu dont les deux identités ne concordent pas est alors Stigmatisé.

Stigmates : attributs individuels qui entrainent le discrédit de la personne qui en est affectée, elle est alors déconsidérée et peut même être privée de certains droits auxquels elle pourrait prétendre. Exemple: la sexualité, l’apparence, l’âge, la religion…

L’appellation de normal ou de déviant sont des points de vues et non des personnes, en effet au cours de l’existence, beaucoup de personnes ne satisferont pas continuellement les normes d’identités et passeront de normal à déviant (ex : en vieillissant).

 

BILAN :

Théorie de Goffman : divergence d’identité

Théorie de Becker : divergence d’actions

 

3.3. La délinquance

Transgression des normes juridiques sanctionnées par des institutions spécialisées.

En fonction du degré de gravité on distingue 3 formes de délinquances ;

  • Infraction à tribunal de police à contravention
  • Délit à tribunal correctionnel à contravention, prison <10 ans, travaux d’IG
  • Crime à cours d’assise à prison >10 ans

Rq : attention à l’interprétation des chiffres et statistiques sur la délinquance car tout n’est pas tjr constaté par la police (Chiffre noir) et les normes changent en fonction des lieux et des époques (IVG).

 

Tentative d’explication de la délinquance : pb économique entraine manque de ressource et donc vol, exclusion sociale, mauvaise éducation, manque de contrôle social, perte du comportement exemplaire de l’élite sportive et politiques transformation des modes de vie, médiatisation de la violence, augmentation des biens susceptibles d’êtres convoités.

 

Solution : Coordonner prévention et répression. Favoriser l’insertion des délinquants. Eviter les stigmates.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×